Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Quantifier la neuroinflammation grâce à l’imagerie TEP

Actualité | Fait marquant | Résultat scientifique | Santé & sciences du vivant | Diagnostic et thérapies innovantes | Cerveau | Maladies neurodégénératives

Quantifier la neuroinflammation grâce à l’imagerie TEP


​Des chercheurs du SHFJ, de MIRCen et de l'AP-HP ont développé à travers une collaboration, des outils pour quantifier un ligand radioactif spécifique de la neuroinflammation : le 18F-DPA-714. Cette quantification permettrait de mesurer l'importance de ce processus ainsi que sa localisation lors du décours de plusieurs maladies neurodégénératives.

Publié le 22 octobre 2015

Dans l'organisme vivant, il existe une grande variété de protéines qui ne présentent pas toutes les mêmes fonctions. L'une d'entre elle, la translocase, également appelée la TSPO pour Translocator protein, se situe au niveau des mitochondries. La fonction de cette protéine n'est pas encore complétement élucidée, mais elle aurait notamment un rôle dans la réaction immunitaire lors d'atteintes neuronales. En effet, faiblement exprimée dans le cerveau sain, elle devient fortement exprimée lors de réactions cellulaires associées aux phénomènes de neuroinflammation observés dans les maladies neurodégénératives telles que les maladies de Parkinson ou d'Alzheimer et la sclérose en plaque.  Cibler la TSPO par tomographie par émission de positons (TEP), une technique d'imagerie atraumatique, permettrait de mettre en évidence, chez l'homme,  la présence de neuroinflammation  ainsi que son rôle dans la progression de ces maladies.

Des chercheurs de l'I²BM, en collaboration avec des neurologues de l'AP-HP, ont ainsi évalué le 18F-DPA-714, traceur TEP se fixant spécifiquement sur la TSPO. Ils ont tout d'abord mis au point une méthode de quantification robuste sur des volontaires sains servant de base au développement d'une quantification alternative moins invasive et applicable en routine clinique chez des patients. Cette deuxième étape est actuellement en cours de réalisation. En parallèle, leur étude a permis de montrer que la fixation de ce traceur dépendait de la forme du gène codant pour la TSPO de chaque individu. En effet en biologie, il existe le concept de polymorphisme génétique qui correspond à l'existence de plusieurs versions d'un même gène. Il est donc indispensable de connaître le génotypage de chaque sujet inclus avant un examen d'imagerie utilisant ce traceur afin d'avoir une interprétation objective des images, reflet de l'inflammation présente dans le cerveau.

 
Distribution du 18F-DPA-714 dans le cerveau de sujets sains.
Le Sujet A présente une fixation importante du 18F-DPA-714 alors que chez le sujet B, la fixation est plus faible. Cette différence provient de leur différent génotype pour la TSPO.

Haut de page