Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Les effets inattendus d’un facteur neuroprotecteur révélés par imagerie cérébrale

Résultat scientifique | Fait marquant | Actualité | Santé & sciences du vivant | Maladies neurodégénératives | Cerveau | Diagnostic et thérapies innovantes

Les effets inattendus d’un facteur neuroprotecteur révélés par imagerie cérébrale


Une étude multidisciplinaire réalisée à MIRCen révèle les effets inattendus du facteur neuroprotecteur « ciliary neurotrophic factor » ou CNTF, dans le cerveau. Le CNTF est un agent thérapeutique déjà testé en clinique pour plusieurs maladies neurodégénératives comme la maladie de Huntington ou les dégénérescences rétiniennes. Cependant les mécanismes de cet agent restent mal connus. L’équipe de Carole Escartin et de Maria Angela Carrillo de MIRCen s’est penchée sur la question.

Publié le 1 avril 2015

​Chez l’Homme, une protéine, la CNTF ou « ciliary neurotrophic factor », est identifiée comme ayant la capacité de protéger les neurones dans de nombreuses maladies comme la sclérose en plaques ou encore la maladie de Huntington. Elle est d’ailleurs très utilisée lors d’essais cliniques concernant ces pathologies. Mais étrangement, cette cytokine de la famille de l’IL-6 présente à ce jour encore bien des mystères sur son fonctionnement.

Grâce à des techniques d’imagerie multimodales de pointe que sont la spectroscopie RMN in vivo, la chromatographie en phase liquide à haute performance et l’imagerie par résonnance magnétique in situ, cette étude menée à MIRCen montre que le CNTF induit un remodelage important du métabolisme cérébral in vivo. En particulier, les chercheurs ont observé une baisse des taux intracérébraux de plusieurs métabolites présents dans les neurones (N-acétylaspartate, N-acétyl-aspartyl-glutamate et glutamate). Ces résultats sont surprenants car une telle baisse est habituellement considérée comme le reflet d’une souffrance neuronale. Etant donné les effets neuroprotecteurs du CNTF, ces résultats suggèrent à l’inverse que de telles baisses pourraient être associées à une réorganisation du métabolisme cérébral, qui serait bénéfique à la survie des neurones.

 
 
Une technique d’imagerie innovante appelée imagerie « gluCEST », permet de mettre en évidence la baisse de concentration de glutamate dans le cerveau d’un rat qui surexprime le CNTF (à droite, délimité par les pointillés).

Haut de page