Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Activation des astrocytes dans les maladies neurodégénératives

Résultat scientifique | Cerveau | Maladies neurodégénératives | Santé & sciences du vivant

Activation des astrocytes dans les maladies neurodégénératives


​Une étude réalisée à MIRCen et publiée en février dans The Journal of Neuroscience, met en évidence le rôle central de la voie de signalisation JAK/STAT3 dans l’induction de la réactivité astrocytaire au cours des maladies neurodégénératives.

Publié le 11 février 2015

​La réactivité astrocytaire participe à la neuroinflammation. On l’observe dans de nombreuses pathologies cérébrales, qu’elles soient de type aigüe (accidents vasculaires ou traumatismes cérébraux), ou chroniques comme au cours des maladies neurodégénératives. Etant donnés les nombreux rôles de soutien que remplissent les astrocytes en conditions normales, il est fort probable que la réactivité astrocytaire ait des conséquences fonctionnelles importantes, notamment sur la survie des neurones. C’est une question qui est encore âprement débattue.

En utilisant plusieurs modèles animaux de maladies neurodégénératives (maladie d’Alzheimer et de Huntington), cette étude a non seulement identifié la voie de signalisation responsable de la réactivité astrocytaire in situ mais a aussi déve loppé une méthode pour bloquer ce phénomène. En utilisant des vecteurs viraux qui ciblent les astrocytes et inhibent cette voie de signalisation, cette équipe a réussi à empêcher la réactivité astrocytaire dans le cerveau de souris. Ces travaux ouvrent la voie à des études translationnelles visant à évaluer directement l’implication des astrocytes réactifs dans les maladies neurodégénératives.

Cette étude a été réalisée dans le cadre de l’ANR jeune chercheur Activastro obtenue par Carole Escartin en 2010, et Lucile Ben Haim a bénéficié d’un contrat doctoral par le programme IRTELIS du CEA.

Haut de page