Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Suivre les lésions de la Myeline dans la sclérose en plaque

Résultat scientifique | Actualité | Cerveau | Maladies neurodégénératives | Tomographie par émission de positons

Suivre les lésions de la Myeline dans la sclérose en plaque


​Des chercheurs du SHFJ (I2BM, CEA, Orsay), en collaboration avec une équipe de neurologue de l’hôpital Tenon (Paris) et du centre de recherche de l’institut du cerveau et de la moelle (Pitié Salpêtrière), ont mis au point une méthode d’imagerie en Tomographie par Emission de Positons permettant de détecter et suivre les lésions de démyélinisation dans la sclérose en plaque (SEP).

Publié le 1 mai 2011

La sclérose en Plaque (SEP) touche en France plus de 80000 personnes. C’est une maladie chronique qui se caractérise par l’apparition de lésions de la myéline. La myéline est la gaine qui entoure les fibres nerveuses dans le cerveau et dans la moelle épinière. Elle joue un rôle clé dans la conduction de l’influx nerveux et est indispensable à la bonne communication entre les neurones. Les lésions de la gaine des neurones sont partiellement réversibles et progressivement conduisent à des déficits neurologiques plus ou moins handicapants. Favoriser la réparation de ces lésions est un enjeu thérapeutique majeur pour les patients. Mais le développement de ces nouveaux traitements nécessite de pouvoir suivre l’évolution des lésions. Des chercheurs du SHFJ (I2BM, CEA, Orsay), en collaboration avec une équipe de neurologue de l’hôpital Tenon (Paris) et du centre de recherche de l’institut du cerveau et de la moelle (Pitié Salpêtrière), ont développé une méthode d’imagerie permettant de détecter les lésions de démyélinisation dans la sclérose en plaque (SEP). 


Cette nouvelle méthode est basée sur l’imagerie de Tomographie par Emission Positons (TEP) couplée à l’injection d’un radiopharmaceutique le [11C]PiB. Les chercheurs ont montré que le [11C]PiB est un marqueur de la myéline, permettant de mettre en évidence des lésions de la gaine des neurones. Cet examen d’imagerie permettrait donc de quantifier l’atteinte de la myéline et d’évaluer la réparation des lésions. Ce travail a été publié dans le numéro 69 de la revue Annals of Neurology.


Contacts : Bruno Stankoff et Michel Bottlaender (SHFJ)
Partenaires : SHFJ, Hôpital Tenon, AP-HP, Institut du Cerveau et de la Moelle (Pitié Salpêtrière)

Haut de page