Vous êtes ici : Accueil > NeuroSpin > Recherche en NeuroImagerie App ... > UNIACT Equipe en psychiatrie

Equipe Psychiatrie

Publié le 27 mars 2015

 Responsable d'équipe : Dr Josselin Houenou

​Présentation de l'équipe

L'équipe de psychiatrie de l'unité UNIACT vise à identifier des marqueurs en neuroimagerie des principales maladies mentales chroniques de l'adulte: trouble bipolaire, schizophrénie, autisme.

Ces trois pathologies sont fréquentes; environ 700000 personnes sont atteintes de trouble bipolaire en France, 600000 de schizophrénie et 300000 d'autisme.

Rappelons que les maladies mentales sont au 2ème rang, toutes causes confondues, de handicap.

Un des objectifs de Neurospin est de traduire en progrès pour les patients le développement de nouvelles techniques et de nouvelles méthodes d' Imagerie, ainsi que les modèles de pathologies humaines.

Nous utilisons à cet effet différentes techniques d'IRM cérébrales :

  • l'IRM de diffusion
  • l'IRM fonctionnelle
  • l'IRM anatomique

Nos objectifs sont, pour ces maladies :

  • mieux comprendre leurs mécanismes afin de pouvoir envisager de nouvelles pistes de traitement
  • développer des marqueurs en imagerie permettant une aide diagnostique et pronostique

Cette équipe mène des études dans le cadre du réseau de la Fondation FondaMental, fédérant de nombreuses équipes cliniques et laboratoires de recherche en vue d'améliorer le soin, la compréhension et la prévention des maladies mentales.

Elle fait aussi partie prenante du laboratoire d'excellence de psychiatrie biologique "Bio-Psy".

Ses travaux sont réalisés en collaboration étroite avec les différents laboratoires de Neurospin et également avec des partenaires étrangers en Allemagne (Pr Michèle Wessa Université de Mayence), en Irlande (Pr Colm McDonald, Galway University), et aux USA (Pr Mary Phillips, University de Pittsburgh) afin que les compétences spécifiques à chaque groupe soient partagées.

Membres de l'équipe

L'équipe de neuroimagerie en psychiatrie du laboratoire UNIACT est constituée de membres de l'unité INSERM U955 Equipe 15 (Institut Mondor de Recherches Biomédicales, Créteil, directeur Pr Marion Leboyer), détachés à Neurospin.

Ses membres sont :
Dr Josselin Houenou, médecin psychiatre, responsable de l'équipe.

Médecins psychiatres :
Dr Marc-Antoine d'Albis
Dr François Eric Vederine
Dr Samuel Sarrazin
Dr Emeline Marlinge
Dr Julien Katz
Dr Charles Laidi

Jennifer Boisgontier doctorante
Julia De Souza Queiroz post-doctorante.

Projets en cours

  • Exploration des corrélats IRM de l'immuno-inflammation dans la schizophrénie et le trouble bipolaire

La schizophrénie et le trouble bipolaire sont actuellement de plus en plus considérés comme pouvant être aggravés par des processus inflammatoires, immunologiques et infectueux.

Nous utilisons l'IRM pour étudier l'impact de l'inflammation et des infections sur l'anatomie et le fonctionnement cérébral dans ces deux maladies.

Nous avons pu ainsi d'ores et déjà montrer un lien entre réponse immunologique à un virus très commun (le cytomégalovirus), l'anatomie de l'hippocampe et les performances en mémoire.

Si les résultats de cette étude en cours sont positifs, ils ouvriront de nouvelles perspectives thérapeutiques en suggérant d'agir directement sur les processus immunologiques et inflammatoires chez ces patients.

  • Biomarqueurs du trouble bipolaire

Nous poursuivons la recherche de biomarqueurs diagnostiques et pronostiques en neuroimagerie du trouble bipolaire (White matter alterations in bipolar disorder: potential for drug discovery and development. (2014) Marlinge E, Bellivier F, Houenou J., Bipolar Disord)

Nous nous intéressons plus particulièrement aux anomalies de la substance blanche cérébrale qui pourraient causer des anomalies de connectivité (ou "synchronisation") entre les différentes aires cérébrales. Ces anomalies seraient à l'origine du défaut de régulation émotionnelle chez ces patients puis des rechutes depressives ou maniaques.

L'objectif à terme est de pouvoir utiliser l'IRM cérébrale pour aider le clinicien à poser un diagnostic de trouble bipolaire et à choisir le traitement le plus adapté. En effet, par exemple, le diagnostic de trouble bipolaire est posé 10 ans après le début des symptomes, ce qui occasionne un retard important dans la prise en charge et les soins de ces patients. Un des obstacles au diagnostic précoce est l'absence de test laboratoire ou radiologique permettant d'aider au diagnostic.

  • Etude des biomarqueurs de l'autisme de haut niveau (syndrome d'Asperger).

Le groupe débute actuellement une étude en neuroimagerie dans l'autisme de haut niveau, sans retard mental (syndrome d'Asperger). Il s'appuie également sur la cohorte "Psy-COH" (" Investissements d'Avenir ", Appel d'offres Cohortes).

Ce projet vise à comprendre comment les modifications dans l'anatomie et le fonctionnement cérébral chez les patients atteints de syndrome d'Asperger sont impliqués dans les symptomes et handicaps dont souffrent ces patients.