Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Identification d’un mécanisme moléculaire commun à la schizophrénie et au trouble bipolaire

Résultat scientifique | Cerveau

Identification d’un mécanisme moléculaire commun à la schizophrénie et au trouble bipolaire


Une équipe de recherche en psychiatrie au CEA-NeuroSpin, avec l'Institut Mondor de Recherches Biomédicales (INSERM) et les hôpitaux universitaires Henri-Mondor, AP-HP, a montré qu'un variant génétique associé à de multiples troubles psychiatriques altère un réseau préfronto-limbique, ce qui augmenterait le risque de développer la schizophrénie ou un trouble bipolaire. Les résultats de cette étude sont publiés en ligne le 2 octobre 2017 dans Journal of Neuroscience.

Publié le 12 octobre 2017

​Les auteurs ont étudié une variation allélique du gène SNAP25, impliquée dans la neurotransmission et associée à la schizophrénie, au trouble bipolaire mais également à l'hyperactivité/trouble de l'attention.

Les chercheurs ont combiné une étude d'association génétique chez 461 patients atteints de schizophrénie, une construction génétique in vitro et une approche dite d'« imagerie génétique1 » dans deux cohortes, la première comprenant 71 sujets dont 25 patients bipolaires, la seconde comprenant 121 sujets sains. Ils ont en outre interprété l'expression génétique post mortem de SNAP25 à partir de tissu cérébral de patients schizophrènes.

Les résultats révèlent que la variation du gène SNAP25 change l'expression de la protéine associée dans le cerveau, ce qui impacterait le traitement de l'information entre les régions cérébrales impliquées dans la régulation des émotions. En lien avec ce mécanisme, l'étude d'imagerie génétique, combinant IRM anatomique et fonctionnelle de repos, montre que dans les deux cohortes, le variant à risque est associé à un plus grand volume d'une zone cérébrale, l'amygdale, et une connectivité fonctionnelle préfronto-limbique altérée.

Cette étude confirme l'existence d'un facteur de risque commun à la schizophrénie et au trouble bipolaire : la variation du gène SNAP25. Ces maladies très fréquentes touchent chacune 1 % de la population adulte et sont handicapantes. En plus d'apporter un éclairage sur leur mécanisme, les résultats de cette étude suggèrent l'existence de symptômes potentiellement présents chez des patients ayant des maladies variées dans lesquels le gène est impliqué.

 Connexions fronto-limbiques associé à la variation de SNAP25 visualisé en tractographie par IRM de diffusion 
(Credit: Stéphane Jamain (data from diffusion-imaging.com)


Réseau préfronto-amygdalien associé à la variation de SNAP25 visualisé en tractographie par IRM de diffusion 
(Crédit: Josselin Houenou /BrainVisa/Connectomist 2.0)  

1L'imagerie génétique consiste à comparer grâce à l'imagerie (ici l'IRM) deux populations de sujets qui ne diffèrent que par leur terrain génétique (ici la variation de SNAP25).

Les résultats de cette étude publiés dans Journal of Neuroscience ont fait l'objet d'un communiqué de presse.

Haut de page